Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Recherche sur ce site avec Google

 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Thonon: davantage de places cet hiver


Face à une augmentation de la demande à l'approche de l'hiver, le centre d'accueil pour sans-abris La Passerelle ouvre sept places supplémentaires. Rendez-vous avec Brigitte Rambaud, directrice de l'association.


Davantage de places pour les sans-abris

A l'approche de l'hiver, La Passerelle a ouvert de nouvelles places pour les sans-abris. Photo (c) Arnaud Degenève
A l'approche de l'hiver, La Passerelle a ouvert de nouvelles places pour les sans-abris. Photo (c) Arnaud Degenève
podcast_la_passerelle_1.mp3 La Passerelle.mp3  (6.4 Mo)

Alors que le plan hiver du gouvernement prévoit la création de 14.000 places supplémentaires d'hébergement d'urgence pour les sans abris, le centre d’accueil La Passerelle a décidé d'agir à son échel­le. "Nous avons créé durant la période hivernale, soit du 1er novembre au 31 mars, sept places supplémentaires: deux destinées aux hommes, et cinq du côté des femmes et familles au CHRS de la Margelle, un centre de réinsertion sociale et d'hébergement d'urgence qui dépend de nous", détaille Brigitte Rambaud. "Nous aimerions pouvoir en créer davantage mais ce n'est pas possible, d'autant plus qu'avec ces 47 places réparties sur nos deux pôles, on avoisine déjà un taux d'occupation proche des 100%", déplore la directrice.


Un accompagnement dans l'obtention d'un bail

Non contente d'être un lieu de vie pour les sans-abris, La Passerelle propose également de l'intermédiation locative, appelée plus communément "bail glissant". "Progressivement en place depuis 2003, ce dispositif est le fruit d'un travail d’accompagnement social entre les bailleurs et notre association, en direction des personnes sans domicile et qui ne peuvent obtenir à elles-seules un logement. Plus concrètement, nous portons le bail avec la personne, et dès lors que la situation s'améliore pour elle, le glissement du bail se fait à son nom. Nous l'accompagnons alors durant une année, le temps pour elle de se remettre sur les railles, de là nous récupérons les clefs pour pouvoir à nouveau accueillir quelqu'un d'autre en réinsertion", explique la directrice de La Passerelle.

Plusieurs facteurs liés à l'augmentation de la demande

"On pointe du doigt l'hiver, mais il n'est certainement pas le seul responsable de cette situation", explique James Bresson, président de l'association. On a en France une précarité qui augmente de plus en plus, avec des travailleurs pauvres pour qui c'est extrêmement compliqué de trouver un logement car n'étant pas en CDI ou parce que leurs ressources ne leur permettent pas d'avoir recours à un logement de type social. Une perte de l'esprit de solidarité est également constatée: "Avant, les gens arrivaient à se faire héberger à droite à gauche, aujourd'hui c'est fini. Enfin, on remarque chez les gens de notre génération ont une plus grande facilité à céder à certains bouleversements d'ordre psychologique: la perte d'un boulot, d'une copine, de la garde de ses enfants, etc. Quand on n'a ni travail ni famille, c'est beaucoup plus difficile de s'en sortir, vous savez...".

Un nouveau dispositif en faveur des victimes de troubles psychologiques

En France, un tiers des personnes vivant à la rue souffrent de problèmes psychiques et psychologiques sévères (addictions, etc) et ne rentrent pas dans les cases des dispositifs classiques d'accompagnement. "Ces personnes jonglent entre la rue, notre service, le service des urgences et la psychiatrie, et c'est sans fin", déplore Marie-Pierre Rufer, chef de service accueil et hébergement d'urgence. Pour combler ce manque, un dispositif a été créé il y a quelques années, baptisé "Un chez soi d'abord": "Il est destiné à apporter auprès de ces gens un accompagnement et un logement; elle est en train de se développer dans nos métropoles et l'on devrait avoir la possibilité de la mettre en place de manière expérimentale sur le secteur du Chablais".



27/12/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 19