Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
Média d'information international diffusé en podcast !
Facebook
Twitter
Instagram
Newsletter
 

Confiance, vous avez dit confiance?


Par Rédigé le 06/12/2020 (dernière modification le 06/12/2020)

C’est le mot qui revient régulièrement dans la bouche des politiques et de ceux que l’on lit ou écoute, fatigués, dans les médias. Un mot qui exige de nous un effort que peu aujourd’hui ont envie de faire. Un effort pour croire ce que l’on nous dit. Confiance, vous avez dit confiance?


Confiance, vous avez dit confiance?
rue_des_jeux_6__1_.m4a Edito 6 12 20.m4a  (1.74 Mo)

Comme dirait l’autre, la confiance cela se mérite. Et il semblerait que nous soyons loin du compte. Car aujourd’hui le terme qui revient le plus régulièrement dans ces mêmes médias serait plutôt celui de défiance. Une défiance qui ne se cantonne pas à quelques catégories de personnes mais qui s’étend à toutes les classes sociales et à tous les corps de métier.

Des syndicats de police appellent à l’arrêt des contrôles d’identité après qu’Emmanuel Macron eut déclaré que les "individus de couleur étaient plus contrôlés" par la police. Plus encore, le président de la République a affirmé qu’il existait "une défiance entre la population et la police dans les quartiers difficiles". Ce dont personne ne doute d’ailleurs. Comme nul ne doute que les gardiens de la paix de notre enfance soient devenus désormais les forces de l’ordre et qu’ils soient comme les uns et les autres, utilisés, pour ne pas dire manipulés, par nos politiques. Le président de la République le reconnaît lui-même. L’expression "violences policières", en plus d’être une réalité, est politisée. Evidemment pour lui, ce sont les autres qui la politisent, pas lui, pas son ministre de l’Intérieur et son projet de loi "Sécurité globale"…

Les syndicats de police outrés, récusent cette accusation et attendent du chef de l’Etat qu’il revienne sur ses propos. Ils risquent d’attendre longtemps car l’opération de charme lancée sur les jeunes Français(es) par Emmanuel Macron sur un média qui venait justement de dénoncer les violences policières – nous parlons bien évidemment de l’affaire Michel Zecler - vise à rassurer cette jeunesse désormais qualifiée de "génération Covid". 

Le locataire de l’Elysée a ainsi voulu se réapproprier la jeunesse française en proposant des solutions afin de "rétablir la confiance". C’est louable d’essayer. Il faudra aussi rassurer les plus âgés qui vont devoir essuyer les plâtres de la vaccination contre le Covid-19. Alain Fischer nouvellement nommé par le gouvernement pour présider le nouveau Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a beau marteler "que la transparence est la clé de la confiance", on connaît les rapports compliqués des Français avec la vaccination. 

Parallèlement au texte de loi sur la "Sécurité globale", celui sur le séparatisme ou plus exactement  "projet de loi confortant les principes républicains" doit passer devant les députés ce 9 décembre. Rappelons que le gouvernement entend lutter contre les écoles clandestines et mieux contrôler ainsi la scolarisation à domicile afin de  "sauver ces enfants des griffes des islamistes" a encore précisé le ministre de l’Intérieur Darmanin. Et les autres? Rappelons que 50.000 enfants et leurs parents ont fait le choix pour des raisons diverses de ne pas privilégier l’école mais plutôt l’instruction à la maison. Si ce texte de loi passe en l’état, le chef du gouvernement et ses ministres vont avoir beaucoup de mal à restaurer cette fameuse confiance dont nous disions précédemment qu’elle est dans la bouche de tous nos politiques mais en définitive peu dans leurs actes. Si le président Macron pense pouvoir "draguer à droite", le calcul est mauvais car il ne doit pas être sans savoir qu’une partie de ces parents sont aussi des électeurs de gauche ou… de droite soucieux de leur liberté de choix d’instruire et d’éduquer leurs enfants comme ils l’entendent. 

Il est clair que les temps ne sont pas à la confiance, mais l’ont-ils jamais été? La défiance vis-à-vis d’un gouvernement me semble plutôt saine. Et les rivalités entre classes sociales et corps de métier vieilles comme le monde, non? Confiance, vous avez dit confiance?








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Recherche