Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Ebats ou débats ?


Par Rédigé le 16/02/2020 (dernière modification le 16/02/2020)

Benjamin Griveaux, le candidat de la République en marche aux élections municipales à Paris vient de jeter l’éponge. L’ancienne "petite main" de Dominique Strauss-Kahn n’a pas tiré les leçons du scandale de son mentor et n’a pas retenu que mélanger sexe et politique donne parfois un cocktail explosif.


Ebats ou débats ?
rue_des_jeux_5__2_.m4a Edito 16 02 20.m4a  (1.92 Mo)

 

Parce que décidément, le pouvoir doit agir sur la production de testostérone, certains hommes politiques ne peuvent éviter la case sexe dans leur parcours professionnel. Comment un homme comme Benjamin Griveaux tout comme d’ailleurs en 2011 Dominique Strauss Kahn, ont-ils pu croire qu’ils échapperaient au scandale en laissant libre cours à leur libido incontrôlée? Dans notre société hypermédiatisée, impossible de bouger une oreille sans que la planète l’apprenne.

Encore une fois, les affaires de mœurs viennent se mêler aux affaires politiques. Rien de nouveau et pourtant, la surprise semble toujours la même pour ceux qui la vivent. Pour les plus connues, du président Félix Faure aux escapades du président Hollande à scooter, en passant par les Ballets roses du président de l'Assemblée nationale Le Troquer, les affaires qui mêlent politique et sexe sont vieilles comme l’humanité. Mais voilà, il ne faut pas se faire prendre et aujourd’hui c’est de plus en plus difficile d’échapper à la médiatisation. Que croyait Benjamin Griveaux? La naïveté de certains laisse parfois pantois. Cet entre soi que tentent de maintenir les hommes et les femmes de pouvoir fonctionne de moins en moins, voire plus du tout. C’est une illusion qui ne peut résister à la curiosité et à la vindicte populaire. L’homme politique se doit d’être irréprochable ou alors plus malin que les médias et autres réseaux sociaux. Mais encore une fois, est-ce encore possible? N’a-t-il pas lui-même utilisé les réseaux sociaux pour vivre ses fantasmes sexuels?

Alors oui, diffuser les vidéos pornographiques d’un homme quel qu’il soit est illégal et immonde. Parlons-en justement de la morale. Un homme marié envoie des vidéos indécentes à une autre femme que son épouse. On ne peut pas briguer un poste de pouvoir, donner l’image d’un homme marié et père de famille stable, censé rassurer de futurs électeurs et en même temps avoir des activités que d’aucuns qualifieraient d’immorales. On ne peut pas se poser en modèle et faire le contraire de ce que l’on avance. C’est prendre les électeurs pour des crétins. Benjamin Griveaux a bien fait de démissionner, il aurait fait perdre son parti. Et lui risque de perdre sa femme et sa famille qu’il a mises en très mauvaise posture. Tout cela pour une libido incontrôlable, c’est quand même minable!

Il faut dire aussi qu’envoyer ce type de vidéo à la petite amie d’un homme plus qu’étrange, c’est vraiment aimer jouer avec le feu. Il suffit de lire le parcours de "l’activiste russe" pour se dire que le fréquenter, même à travers sa compagne, équivaut à mettre sa tête dans la gueule du lion.

A écouter les commentaires, certains regrettent cette américanisation de la vie politique française. Se disent choqués par le procédé, l’utilisation de ces mêmes réseaux sociaux qu’ils sollicitent à longueur de journée. Cherchez l’erreur. Entendons-nous bien, reprocher sa bêtise à Griveaux ne revient pas pour autant à soutenir le comportement de Piotr Pavlenski dont à la lecture de son parcours, on ne peut être surpris par ses coups d’éclats à répétition.

Certains ont évidemment et comme d’habitude crié au complot politique. Mais Benjamin Griveaux et ses amis sont-ils là aussi assez naïfs pour croire que leurs adversaires politiques auraient laissé passer cette occasion? En politique où l’ego est toujours surexploité, les trahisons et les revanches sont monnaie courante. Dans cette affaire, le buzz n’a-t-il pas été fait par un ancien député de LREM?

Un scandale en pousse un autre, qu’il soit financier ou sexuel. Benjamin Griveaux va devoir quelque temps frôler les murs et se donner un air contrit avant que comme d’autres tout doucement, il puisse relever la tête. Là non plus rien de nouveau. Il a joué, il a perdu. La politique est un sport de combat où l’on tombe parfois, pour mieux ou pas du tout se relever…

 

 










Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Une guerre nouvelle - 18/03/2020

Bonne année ! - 05/01/2020

Macron ou Léon ? - 09/12/2019

30 ans déjà - 10/11/2019

Record battu ! - 20/10/2019

1 2 3 4 5 » ... 48

ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook