Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Pénurie d’eau: Le calvaire des femmes à Conakry


"L’eau, c’est la vie", disait Antoine de Saint-Exupéry. Cependant le problème lié à l’approvisionnement en eau est loin d’être un lointain souvenir à Conakry. Les femmes "à tout faire" dans les foyers souffrent énormément.


Les femmes de Cosa (Conakry-Guinée) traversant la route à la recherche de l'eau. Photo prise par l'auteur.
Les femmes de Cosa (Conakry-Guinée) traversant la route à la recherche de l'eau. Photo prise par l'auteur.
penurie_deau.mp3 Pénurie d'eau.mp3  (2.08 Mo)

L’accès à l’eau, cette ressource vitale, reste encore un problème à Conakry. La société des eaux de Guinée (SEG) ne parvient toujours pas à satisfaire le besoin de la population en eau. Les canalisations de 1996 ont été rompues, les tuyaux déterrés dans la quasi-totalité des quartiers. La population est alors confrontée depuis une vingtaine d’années à un manque criard d’eau. Soucieuses du bien-être au foyer, appelées à effectuer toutes les tâches quotidiennes et ménagères, les femmes se déploient dans les quartiers à la recherche de l’eau.


Les femmes du quartier Simbaya-Gare à Conakry à la recherche de l'eau à 22 heures. Photo prise par l'auteur.
Les femmes du quartier Simbaya-Gare à Conakry à la recherche de l'eau à 22 heures. Photo prise par l'auteur.
Des forages pullulent partout à Conakry dans les concessions des personnes riches qui volent au secours des pauvres populations. Derrière plusieurs clôtures de maisons se trouvent des raccords branchés depuis l’intérieur, où ces femmes viennent approvisionner leur habitat en eau. Toutefois, puiser, dépend de la bonne humeur du concessionnaire et de la disponibilité du courant électrique qui permet de remonter l’eau dans les cuves. Or nul n’ignore cet autre problème dans le pays lié aux coupures intempestives du courant électrique qui sont parfois sources d’incendies mortels.

Il existe donc une alternance des quartiers dans la fourniture en électricité; les quartiers ont alors le courant généralement soit de 18h à minuit soit de minuit à 6h, ou de façon irrégulière, mais pas de stabilité dans la fourniture électrique. "A chacun son tour", résume cette vérité traditionnelle. "On est là de minuit à 6h, à puiser de l’eau. Moi je suis venue très tôt parce qu’on se sert par ordre d’arrivée. Vraiment ça ne va pas en Guinée!". C'est le cri du cœur d’Aissata Diallo, habitante de Pétit-Simbaya, nourrice et étudiante en 1e année génie civile à l’Université General Lansana Conté de Sonfonia. "Nous souffrons énormément ici, nous n’avons ni eau ni électricité, se lamente Madame Sylla, ménagère âgée de 45 ans, habitante de Simbaya-Gare, secteur Daoudaya Mosquée. "Moi je me réveille à 4h du matin parce que je ne peux pas rester jusqu’à minuit sans dormir pour attendre le courant". Jeanne Lamah, élève de 12e année sciences maths émigre de quartier en quartier pour soulager le besoin de sa famille en eau. "J’habite à Cosa, mais vers chez nous il est difficile d’avoir de l’eau. Je viens alors ici à Simbaya-Gare, puiser de l’eau pour ma famille. Parfois je sèche mes cours pour venir puiser de l’eau qui n’est disponible que par moments. Et après je me rattrape en empruntant les cahiers de mes amis pour me mettre à jour. Nous sommes dans une capitale mais c’est difficile d’avoir de l’eau. Pourtant on dit que la Guinée est le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest", ironise-t-elle.

Face à ce manque criard d’eau, des personnes ont créé leurs entreprises commerciales en vendant à 500 fg les deux bidons et à 2500 fg livrés par des charretiers. Lors des coupures prolongées d’électricité, les femmes sont contraintes de parcourir jusqu’à 1 ou 2 km vers ces quelques rares robinets de la Société des Eaux de Guinée d’où l’eau coule deux à trois jours par semaine entre 16h et 20h. Puisque les puits se sont presque taris en cette période de sècheresse.

A quelques jour du ramadan, ces pauvres dames et demoiselles, dehors de jour comme de nuit, pour remplir et transporter entre 2 à 20 bidons selon les besoins des familles généralement "surpeuplées", implorent la compassion du président Alpha Condé à leur égard.



13/05/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Taxi-moto en Guinée - 06/05/2018

L'année du chien - 28/02/2018

Noël avant l'heure - 14/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 17






Dans nos blogs :

Le taureau rescapé aura une vie princière

Merry (son nom est la contraction de Meghan et Harry), est le cadeau offert au jeune couple dont le mariage fait la Une de tous les médias...

La tortue punk menacée d'extinction

La fameuse tortue de la Mary River, en Australie, est une espèce de tortue bien atypique: elle a des algues en guise de crête sur sa tête...



Retrouvez le Podcast Journal :