Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Une femme diabétique créé la première pâtisserie parisienne à IG bas


Par Rédigé le 24/08/2019 (dernière modification le 18/08/2019)

Alixe Bornon est une jeune femme diabétique et surtout une grande gourmande qui a décidé de ne pas se laisser abattre. Il y a 3 ans et demi, cette amoureuse de pâtisseries a créé la première boutique de produits à "indice glycémique contrôlé" ou IGC®, intitulé qui est devenu une marque déposée.


Des pâtisseries à IGC®

Sur la photo : Alixe Bornon, créatrice des Belles envies
Sur la photo : Alixe Bornon, créatrice des Belles envies
Les Belles envies, située rue Monge à Paris, est la première pâtisserie qui vous garantit une glycémie stable après avoir goûté à ses douceurs : "Nos produits ont été testés et sont le fruit d’une coopération avec un médecin de l’hôpital Necker. Ils n’élèvent quasiment pas la glycémie et sont moins caloriques que les pâtisseries traditionnelles", explique notre jeune entrepreneuse. Le secret de ces préparations diététiques ? "Des sucres à IG très bas (inférieurs à 30) comme le sucre de fleur de coco et des farines complètes et intégrales", poursuit la jeune femme.
Ces produits sont donc adaptés aux personnes diabétiques, aux sportifs à l’alimentation contrôlée mais aussi à tous les individus soucieux de leur ligne et de leur santé. En revanche, ces gâteaux contiennent du beurre et de la crème, ces pâtisseries ne sont donc pas recommandées en cas d’hypercholesterémie ou de régimes pauvres en matières grasses.
9_rue_jean_de_boissière_8.m4a une patisserie parisienne à IG bas  (1001.83 Ko)


Aucun édulcorant, ni produits chimiques

Les produits utilisés pour éviter le sucre blanc et les farines raffinées sont 100% naturelles : exit les édulcorants chimiques sur lesquels nous n’avons pas suffisamment de recul pour attester de leur innocuité sur la santé : "Nous n’utilisons pas d’édulcorants car ils résident trop d’incertitudes sur leurs effets sur la glycémie et l’insuline. En outre ces produits chimiques représentent une agression pour l’organisme", explique Alixe Bornon.

Une initiative engagée

Si le projet d’Alixe Bornon connaît un réel succès, c’est qu’il est né d’une tentative de soulager une souffrance que la jeune femme connaît : "je suis diabétique de type 1 depuis l’âge de 13 ans et demi. J’ai vécu comme une grande injustice cette maladie auto-immune qui m’a longtemps empêché de manger des desserts alors que je suis une grande gourmande". Cette entrepreneuse prouve en tout cas qu’il est possible de se faire plaisir sainement.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Facebook