Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Les équipements de surveillance outils de répression

Communication de notre partenaire


Les principaux pays exportateurs d'armes doivent immédiatement s'attaquer à la prolifération alarmante des technologies de surveillance dans les pays répressifs, ont déclaré dans une lettre ouverte Amnesty International et d'autres organisations* influentes de défense des droits humains et des droits numériques.


equipements_surveillance_outils_de_repression.mp3 Surveillance illégale  (202.04 Ko)

Cette lettre a été envoyée à 41 des plus gros exportateurs d'armes au monde, qui se sont réunis à huis clos dans le cadre de l'"Arrangement de Wassenaar" les 2 et 3 décembre 2014. Elle explique que les défenseurs des droits humains, les journalistes, les avocats et d'autres sont de plus en plus souvent pris pour cible lorsque des logiciels espions, des logiciels malveillants et d'autres outils de surveillance tombent entre les mains de gouvernements qui commettent des violations systématiques des droits humains.

"Les technologies de surveillance ne sont pas des outils inoffensifs. Entre de mauvaises mains, elles sont souvent employées comme un outil de répression. Des éléments de preuve continuent à révéler l'ampleur de ce commerce secret, qui expose directement d'innombrables individus au danger représenté par les gouvernements portant atteinte aux droits humains. (...) Ce commerce débouche sur une surveillance illégale, qui mène souvent à d'autres violations des droits humains - atteintes au droit à la vie privée, arrestations et détentions arbitraires, actes de torture et autres formes de traitements ou châtiments cruels, inhumains ou dégradants, répression de la liberté d'expression, obstacles à la participation politique et anéantissement de l'opposition, que ce soit en ligne ou hors ligne", affirme cette lettre.

Les gouvernements doivent refuser d'accorder des licences d'exportation pour les équipements de surveillance destinés à des pays où ils risquent d'être utilisés pour commettre des violations. Les gouvernements doivent par ailleurs travailler avec les organisations non gouvernementales afin d'établir un cadre juridique international qui repose sur des contrôles précis et efficaces du commerce de ces outils.

* Amnesty International, Digitale Gesellschaft, Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), Human Rights Watch, Open Technology Institute (New America Foundation), Privacy International, Reporters sans frontières


10/12/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

L'avenir du web - 28/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 11






Dans nos blogs :

TEREZA Kesovija concert-événement

La grande star de la chanson célébrera six décennies de carrière franco-croate avec son fidèle public le 19 février 2018 à Zagreb...

Chien protecteur d’œuvres d'art

Le musée des Beaux-arts de Boston tente actuellement une expérience peu commune. Il a décidé de former un chiot de la race braque de Weimar...



Retrouvez le Podcast Journal :