Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

La mémoire, une faculté à multiples facettes


Notre compréhension de cette fonction cognitive a longtemps été parcellaire et limitée, donnant lieu à des raccourcis parfois assez éloignés de la réalité. Le psychologue Pierre-Yves Jonin abat les idées reçues.


L’être humain est doté de multiples formes de mémoire. Photo (c) Gerd Altmann
L’être humain est doté de multiples formes de mémoire. Photo (c) Gerd Altmann
la_me_moire,_une_faculte__a__multiples_facettes.m4a Mémoire.m4a  (1.05 Mo)

"On ne peut pas perdre la mémoire parce qu’on ne peut pas perdre quelque chose qui n’existe pas". D’emblée, le ton est donné. Lors d’une conférence le 5 octobre 2018 à Malestroit (Morbihan), Pierre-Yves Jonin, psychologue spécialisé en neuropsychologie, s’est attaché à faire pièce aux idées reçues sur la mémoire. "Dire qu’on a une mauvaise mémoire n’a aucun sens, poursuit le psychologue. "Elle n’est pas un disque dur qui enregistre des informations, elle ne peut être pleine".


Mémoire multiple

Ces dernières décennies, les avancées des neurosciences ont permis de mettre au point des conceptions plus fines et plus réalistes de la mémoire humaine. Dans les années 1980, les chercheurs Larry R. Squire et Endel Tulving ont décomposé la mémoire à long terme en différents systèmes. "On pense souvent à la mémoire épisodique quand on pense à la mémoire", relève Pierre-Yves Jonin. Si elle peut être défaillante, cette forme de mémoire correspond seulement à nos souvenirs vécus, contextualisés dans le temps et dans l’espace. "La mémoire épisodique est celle de la madeleine de Proust, précise le psychologue. "Mais il existe d’autres mémoires: la mémoire sémantique des connaissances générales sur le monde (celle qui permet par exemple de se souvenir de la capitale d’un pays), la mémoire procédurale (savoir comment nager, faire du vélo), la mémoire amorçage (qui permet de reconnaître un objet caché ou dégradé ou la mémoire conditionnement), l’apprentissage par association".

L’être humain est donc doté de multiples formes de mémoire, chacune ayant une vocation propre mais aussi liée aux autres. "La mémoire n’est pas une chambre d’enregistrement passif mais un ensemble de processus actifs", observe Pierre-Yves Jonin. Loin d’être une simple boîte à archives à la contenance limitée, la mémoire constitue un véritable réseau interactif au service de notre perception du monde et en interaction avec lui. Nos souvenirs et nos connaissances ne sont ni retrouvés, ni récupérés. "Quand on cherche à se rappeler, on reconstruit un souvenir", conclut le psychologue. Au risque parfois de se tromper. Mais ça, c’est une autre histoire…



22/11/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

L'avenir du web - 28/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 11







Retrouvez le Podcast Journal :