Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Facebook, un danger social pour les Guinéens?


La Guinée a véritablement connu le portable en 2006 avec l’arrivée de la société de téléphonie Areeba (MTN, aujourd’hui). Mais c’est à partir de 2012 que Facebook a commencé à enregistrer plus de Guinéens, grâce aux smartphones "techno", moins chers, en provenance de la Chine.


Les jeunes Guinéens et Facebook. Photo (c) Boubacar Barry
Les jeunes Guinéens et Facebook. Photo (c) Boubacar Barry
rec002_2.mp3 Facebook Guinée.mp3  (525.34 Ko)

Être civilisé aujourd’hui en Guinée, c’est avoir un compte Facebook qui est le réseau social le plus utilisé. Comment est-il vu par les citoyens? Le constat est désastreux chez les ados mais utilitaire chez les adultes et les personnes âgées.

Les adolescents à partir de 10 ans sont les plus présents sur ce réseau social dont ils disposent plus d’un millier d’amis, contrairement aux plus de 35 ans dont les amis varient généralement entre 200 et 700. La nouvelle génération se consacre tellement aux réseaux sociaux qu’elle oublie ce qu’elle doit faire. "Facebook est un site de distraction pour les fainéants", au regard du quinquagénaire Bangaly Sylla, qui accuse cette plateforme d’être à la base de la dépravation des mœurs et de la perdition des enfants. Étant exposés aux images tragiques, impudiques et pornographiques. S’il doit avoir un temps pour tout: un temps pour le travail, un autre pour le loisir, les enfants mélangent tout. Mamadou Dian, étudiant en licence 3 génie civil, est connecté 24h/24 (même en classe), grâce à l’application "DroidVPN". Les principales activités des ados sur cette plateforme, sur laquelle ils viennent "gaspiller le temps", se résument en partage de photos, recherche et prise de contact avec des amis, une interaction vive avec certains pour aboutir au rencard. En se mettant à folâtrer par ce site au détriment des recherches et révisions, les résultats aux examens sont catastrophiques d’année en année, rappelle Bangaly Sylla.

Il est reconnu tout de même que "Facebook n’est pas mauvais en soi, mais tout dépend de l’usage qu’on en fait". Car la plateforme permet de s’exprimer, de s’informer, de retrouver de vieux amis et de communiquer via son application Messenger avec des personnes se trouvant à l’autre bout du monde.



06/09/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4







Retrouvez le Podcast Journal :