Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

L'école publique au Maroc


Le système éducatif marocain se trouve vers le bas de la liste, et non sans preuves à l'appui. Les écoles publiques, véritable fléau, peinent à se voir réformer.


Enfants au Maroc. Image du domaine public
Enfants au Maroc. Image du domaine public
ecoles_maroc.mp3 Ecoles Maroc.mp3  (932.81 Ko)

Alors qu’au lendemain de la colonisation, seuls quelques 10% de la population marocaine était scolarisée, dans les années 1975, l’État a fait le choix de généraliser l’éducation à toute la population. Avec des taux de natalité élevés, très vite, le système efficient au départ, s’est essoufflé. On a formé des enseignants rapidement, en deux ans, pour aller enseigner à des élèves de plus en plus nombreux, de plus en plus pauvres, puisque les plus nantis sont allés remplir les rangs des missions étrangères ou écoles privées. Pour ne rien gâcher à ce désastreux tableau, l’Istiqlal, parti nationaliste, a arabisé le système d’éducation dans le primaire et secondaire, laissant les facultés et grandes écoles en français. Aujourd’hui, on assiste au constat suivant: une école publique des démunis (enseignants et élèves), où le corps professoral est généralement démotivé (mal formé, mal rémunéré, non reconnu); seuls 4% des inscrits à l’école primaire arrivent à la faculté, tandis que 350.000 élèves quittent l’école qui ne reflète plus l’espoir d’ascension sociale d’antan. L’école des moins pauvres: c’est l’école privée qui est en train de prospérer sur le lit de la médiocrité des écoles publiques; l’école des missions étrangères sont réservées uniquement à l’élite.

Les ministres se suivent les uns après les autres, promettant monts et merveilles pour la réhabilitation de l’école publique, mais rien ne change depuis 30 ans. Les syndicats du corps enseignants faisant barrage à toute évolution, et la misère ayant étouffé toute volonté de changement. Un espoir au milieu de ce désastre: la nomination d’un technocrate bulldozer au niveau du ministère de l’Éducation nationale (Mohamed Hassad), polytechnicien de formation, mais surtout homme de terrain qui ose prendre des décisions, même les plus contestées, comme la réintroduction de l’enseignement du français à l’école primaire, malgré le lobbying des partis politiques conservateurs.



09/08/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :